Elodie Van Zele, blogueuse de Chut Mon Secret

En quittant Paris pour poser ses valises au cœur de la cité phocéenne, Elodie Van Zele avait des rêves plein la tête. Six ans plus tard, cette journaliste de profession, à la tête du blog florissant Chut mon Secret, n’en finit plus de les réaliser et de s’en créer de nouveaux, guidée par le pouls de ville. Zoom sur cette Marseillaise pas comme les autres.
Par Mélissa Darré

Une vraie philanthrope

Les petites choses du quotidien qui vous rendent heureuse ?

Je fais partie de ces personnes qui ne conduisent pas. Mon plaisir est justement de me promener dans les rues de Marseille pour y découvrir de nouvelles choses. Prendre le temps d’observer la ville. 

Votre devise ?

Si je devais l’inventer, ce serait : “Partage avec les autres et la vie sera plus belle”. Plus on donne à l’autre et on reçoit, et plus on est en mesure de créer de belles choses.

Votre moment préféré de la journée ?

Le matin, tôt. Mon travail implique une forme de tourbillon. J’aime ce moment de calme, où je suis seule pour aller courir, puis me poser face à la mer.

Votre remède anti-blues ?

Je suis gourmande. En cas de baisse de moral, je fonce savourer l’une des délicieuses pâtisseries de Clément, « Le Bricoleur de douceurs ». Il fait des gâteaux incroyables !

Une vraie philanthrope
Photographie : José Nicolas

Une néo-Marseillaise

Vos spots préférés à Marseille ?

Mon grand coup de cœur est la Viaghji di Fonfon, le concept d’Alexandre Pinna au Vallon des Auffes. On s’y installe par terre sur des cousins pour manger des tapas tout en buvant du vin et en regardant le coucher de soleil. Un régal. J’adore aussi le Jardin Montgrand avec sa terrasse intérieure, ses grands arbres et ses chaises de toutes les couleurs. C’est un lieu dépaysant, comme coupé du rythme de la ville. 

Un cadeau typique de la région que vous offririez à un ami vivant à l’étranger ?

Je raffole d’une créatrice marseillaise, Le Pois Chic, qui créé des coussins et des foutas sur lesquels sont imprimés des noms de lieux mythiques de Marseille, avec leurs points cardinaux. Un cadeau vraiment original.

L’aspect de la Provence qui séduit le plus ?

Mes parents étaient parisiens mais j’ai passé une partie de mon enfance dans la Drôme provençale. Je connais bien ses odeurs incroyables. En se baladant en Provence, on est sans cesse happé par ses senteurs naturelles, comme celles parfumées du tilleul et délicates du cerisier.

L’odeur et le son que vous associez à la Provence ?

Pour l’odeur, celle des vergers au printemps quand les fleurs commencent à éclore. Et pour le son, celui du chant des oiseaux.

Une néo-Marseillaise
Photographie : José Nicolas

Une bloggeuse bienveillante

Les débuts de votre blog ?

En arrivant à Marseille, j’avais un CV mais pas de réseau. Pas évident pour trouver du travail. Alors j’ai lancé mon blog. D’abord pour moi, pour faire découvrir mes petites adresses aussi bien aux nouveaux arrivants qu’à des Marseillais. C’est de ça qu’il tire son nom : chaque article se glisse comme un secret à l’oreille du lecteur.

Vos sujets de prédilection ?

J’aime l’insolite, le décalé. Ces adresses confidentielles et ces jeunes créateurs qui ne bénéficieront pas d’une grosse communication. Le but étant d’aller à la rencontre de gens qui mettent tout leur cœur et leur énergie dans leur création, leur projet, leur soirée.

Ce qui vous plaît dans le fait d’être blogueuse ?

Journaliste de formation, je suis attachée au support papier. Mais avec le blog, si je vois un endroit qui me plaît, je peux en parler tout de suite. Pas dans un ou deux mois. Et puis il y a le lien avec les gens. Quand on me dit que lire l’un de mes articles permet de s’évader, j’ai tout gagné.

Le métier qui vous fait rêver ?

Je suis une passionnée de cinéma. Mon père a été producteur puis réalisateur et j’ai moi-même travaillé dans le milieu. Petite, il m’emmenait sur le terrain de la Villette avant qu’elle n’existe pour voir les films de Jacques Tati. Si bien que j’ai toujours rêvé d’être scripte. Aujourd’hui, j’ai intégré le fait de détailler les choses, comme dans un scénario, dans mon écriture.

Une bloggeuse bienveillante
Photographie : José Nicolas

Une beautysta élégante

Quand considérez-vous une femme belle ?

Une belle femme c’est une allure, à la fois chic et raffinée, avec des gestes délicats.

Le geste beauté qui vous caractérise ?

Tous les matins, je me crème le corps. J’ai hérité ça de ma grand-mère qui se crémait avec de l’huile d’amande douce et me répétait combien c’est essentiel pour avoir une belle peau. Je fais aussi des masques au miel, sucre roux et citron pour booster son éclat.

Le produit de beauté qui vous suit partout ?

Une huile pour la peau au parfum intense, synonyme de vacances. C’est mon doudou. 

Votre petit plus pour vous sentir au top ?

Au quotidien, je me sens féminine en portant des talons. J’ai l’impression que je peux tout faire. Comme je ne conduis pas, j’arpente Marseille de long en large perchée sur mes escarpins. J’en ai de toutes les couleurs, ça me permet de voir la vie en arc-en-ciel.

Une beautysta élégante
Photographie : José Nicolas

Derniers articles

Retour aux sources : le parfait apéritif provençal

Retour aux sources : le parfait apéritif provençal

Pour prolonger l’été, quoi de mieux que de s’offrir un moment convivial et privilégié autour d’un apéritif aux saveurs provençales ? Pour ravir vos proches, L’Occitane vous dévoile quelques-unes des recettes authentiques typiques de la région, à déguster du bout des doigts.
5 astuces pour prolonger son bronzage

5 astuces pour prolonger son bronzage

Au retour des vacances, vous rêvez de conserver tous les bienfaits de l’été, dont ce magnifique teint doré apparu en lézardant au soleil. L’Occitane vous révèle la bonne routine beauté à adopter pour rayonner à la rentrée.
Les plus beaux rooftops de Provence

Les plus beaux rooftops de Provence

Parfaits pour prolonger l’été, les rooftops offrent de belles terrasses en plein air, où se prélasser à toute heure de la journée. L’Occitane vous dévoile les meilleurs spots de Provence pour prendre de la hauteur à la rentrée.