La Provence de Van Gogh

Attiré par la lumière provençale, Van Gogh décide de quitter Paris et de venir s’installer à Arles. Il fera ici, en un peu plus d’un an, plus de 300 œuvres dont certaines sont des plus admirables.
Par Elodie Liénard

Passionné de couleurs franches, Vincent Van Gogh décide de venir vivre dans une région où l’éclat du soleil pourra l’inspirer davantage. Le peintre néerlandais arrive donc à Arles le 20 février 1888. Il s’installe tout d’abord dans un restaurant avant de louer une petite maison, La maison jaune (qu’il va peindre de nombreuses fois). A Arles, c’est un peu comme si son talent explosait littéralement. Le peintre veut produire un maximum, et ce n’est pas moins de 300 œuvres qu’il va réaliser en moins de 15 mois, écrivant l’un des chapitres les plus importants de l’histoire de l’art. Van Gogh parcoure la région à pieds, choisi des paysages baignés de lumière, des scènes de la vie paysanne ou encore certaines personnalités qui l’entourent. Ne connaissant personne dans la région, il lui fut assez difficile de trouver des modèles. Mais Van Gogh s’attache à représenter les fleurs des vergers, les champs de tournesols, les moissons… Son style en mouvement – tout en hachures, en points, en ronds – semble représenter la fureur intérieure qui l’étreint. A Arles, Van Gogh s’épanouit totalement dans son art mais son instabilité psychologique ne s’est pas atténuée. En décembre 1888, après une violente dispute avec Gauguin – venu travailler en Provence avec lui - Vincent se tranche l’oreille et l’offre à un prostituée. C’est suite à ce qu’il qualifie lui-même de « catastrophe », que le peintre réalise Autoportrait à l’oreille bandée. Mais de nouvelles crises ont lieu et Van Gogh décide d’entrer à l’asile de Saint-Paul-de-Mausole près de Saint-Remy-de-Provence. Il y passera un an et, malgré son état de santé très fragile, y produira de magnifiques toiles dont l’Iris. Van Gogh quitte la région en mai 1890 avant de se rendre à Auvers-sur-Oise où il mettra fin à sa vie, quelques mois plus tard. A Arles, un véritable circuit vous permet de revenir sur les lieux précis où Van Gogh à réalisé ses toiles les plus connues : Place du Forum (Le Café  « Le Soir »), le pont de Trinquetaille  (L’escalier du pont de Trinquetaille), le quai du Rhône (La nuit étoilée), la place Lamartine (La maison jaune), la rue Mireille (Le vieux moulin), le jardin du boulevard des Lices (Le jardin public), l’espace Van Gogh (Le jardin de la maison de santé)… Un document et un plan sont disponibles à l’Office du Tourisme.

A ne pas manquer
Fondation Van Gogh
17, rue des Suisses
13200 Arles
T 04 90 49 94 04
La Provence de Van Gogh
Sur le pas de Van Gogh
Arles
Photographie José Nicolas
La Provence de Van Gogh
Sur le pas de Van Gogh
Arles
Photographie José Nicolas

Derniers articles

Apothicaire : un métier en plein renouveau

Apothicaire : un métier en plein renouveau

Métier d’antan, la profession d’apothicaire s’offre, aujourd’hui, un sublime retour en force face à l’engouement croissant du public pour les multiples vertus de la nature, et plus particulièrement des plantes.
La verrerie de Biot : un savoir-faire provençal

La verrerie de Biot : un savoir-faire provençal

Créée en 1956, la verrerie de Biot n’a pas perdu de sa superbe. Célèbre à travers le monde, elle continue de rendre hommage à l’artisanat provençal.
La Closerie : une cuisine raffinée et familiale

La Closerie : une cuisine raffinée et familiale

C’est à Ansouis que La Closerie, restaurant familial créé par Olivier et Delphine Alemany, a élu domicile. Il propose des plats fins, dans une ambiance chaleureuse.