La Provence de Van Gogh

Attiré par la lumière provençale, Van Gogh décide de quitter Paris et de venir s’installer à Arles. Il fera ici, en un peu plus d’un an, plus de 300 œuvres dont certaines sont des plus admirables.
Par Elodie Liénard

Passionné de couleurs franches, Vincent Van Gogh décide de venir vivre dans une région où l’éclat du soleil pourra l’inspirer davantage. Le peintre néerlandais arrive donc à Arles le 20 février 1888. Il s’installe tout d’abord dans un restaurant avant de louer une petite maison, La maison jaune (qu’il va peindre de nombreuses fois). A Arles, c’est un peu comme si son talent explosait littéralement. Le peintre veut produire un maximum, et ce n’est pas moins de 300 œuvres qu’il va réaliser en moins de 15 mois, écrivant l’un des chapitres les plus importants de l’histoire de l’art. Van Gogh parcoure la région à pieds, choisi des paysages baignés de lumière, des scènes de la vie paysanne ou encore certaines personnalités qui l’entourent. Ne connaissant personne dans la région, il lui fut assez difficile de trouver des modèles. Mais Van Gogh s’attache à représenter les fleurs des vergers, les champs de tournesols, les moissons… Son style en mouvement – tout en hachures, en points, en ronds – semble représenter la fureur intérieure qui l’étreint. A Arles, Van Gogh s’épanouit totalement dans son art mais son instabilité psychologique ne s’est pas atténuée. En décembre 1888, après une violente dispute avec Gauguin – venu travailler en Provence avec lui - Vincent se tranche l’oreille et l’offre à un prostituée. C’est suite à ce qu’il qualifie lui-même de « catastrophe », que le peintre réalise Autoportrait à l’oreille bandée. Mais de nouvelles crises ont lieu et Van Gogh décide d’entrer à l’asile de Saint-Paul-de-Mausole près de Saint-Remy-de-Provence. Il y passera un an et, malgré son état de santé très fragile, y produira de magnifiques toiles dont l’Iris. Van Gogh quitte la région en mai 1890 avant de se rendre à Auvers-sur-Oise où il mettra fin à sa vie, quelques mois plus tard. A Arles, un véritable circuit vous permet de revenir sur les lieux précis où Van Gogh à réalisé ses toiles les plus connues : Place du Forum (Le Café  « Le Soir »), le pont de Trinquetaille  (L’escalier du pont de Trinquetaille), le quai du Rhône (La nuit étoilée), la place Lamartine (La maison jaune), la rue Mireille (Le vieux moulin), le jardin du boulevard des Lices (Le jardin public), l’espace Van Gogh (Le jardin de la maison de santé)… Un document et un plan sont disponibles à l’Office du Tourisme.

A ne pas manquer
Fondation Van Gogh
17, rue des Suisses
13200 Arles
T 04 90 49 94 04
La Provence de Van Gogh
Sur le pas de Van Gogh
Arles
Photographie José Nicolas
La Provence de Van Gogh
Sur le pas de Van Gogh
Arles
Photographie José Nicolas

Derniers articles

L’OCCITANE poursuit son engagement auprès des artisans japonais

L’OCCITANE poursuit son engagement auprès des artisans japonais

Quatre ans après le tsunami ayant secoué Fukushima, L’OCCITANE continue de venir en aide aux habitants de l’archipel nippon. Une initiative qui voit aujourd’hui trois artisans de la région de Tohoku, particulièrement touchée par le désastre, être conviés à découvrir l’art des marchés provençaux.
Notre sélection des plus beaux jardins provençaux

Notre sélection des plus beaux jardins provençaux

Romantiques ou sauvages, exotiques ou classiques, la Provence regorge de jardins idylliques. Autant de havres de paix conjuguant poésie et sérénité, à découvrir ou redécouvrir à l’occasion de la Fête des mères, au cours d’une balade jalonnée de souvenirs et confidences.
Sur les traces d’Emma François, créatrice de Sessùn

Sur les traces d’Emma François, créatrice de Sessùn

Du simple hobby pour financer ses études, Emma François a fait de sa griffe aux accents bohèmes Sessùn, l’une des plus prisées des fashionistas. Seize ans après ses débuts, cette Marseillaise de cœur se lance un nouveau défi, avec la conception d’une première collection de robes de mariée baptisée «Oui» !